NATUROPATHIE


NATUROPATHIE

DÉROULEMENT D'UNE RENCONTRE NATUROPATHIQUE

Il y a plusieurs pilliers de la santé avec lequels je travaille et ils sont tous teintés de la science ayurvédique.

La prise de poul ayurvédique. Une première prise pour permettre de définir dans quel état énergétique (dosha) la personne vit présentement, puis une deuxième prise de poul pour définir sa constitution d'origine. Cette première étape est primordiale, car c'est elle qui permettra de poursuivre dans une direction bien spécifique, qui répondra à des besoins personnalisés.

Le bilan alimentaireUne alimentation est adaptée selon son âge, son sexe, son milieu de vie, sa condition de vie (sportif, mobilité réduite ou autres), ses goûts, ses origines et capacités digestives propres. La digestion et l'assimilation étant un reflet de la constitution de la personne, l'alimentation sera orientée selon son type « doshique », ce qui respecte et permet une approche plus personnalisée.

La gestion du stress. Encore une fois, selon la personne, ses croyances, ses ouvertures, ses histoires personnelles... il y a plusieurs outils disponibles et adaptés à chacun. Que ce soit par une référence philosophique, par une technique de respiration ou autre, la gestion du stress demeure un pillier primordial.

Le biotope. Il s'agit de l'environnement dans lequel nous vivons. Il y a des facteurs importants à vérifier et ajuster, car le biotope d'une personne a des répercussions sur son équilibre de santé globale.

Les tests de laboratoireCes tests peuvent être envisagés lorsqu'il y a un besoin particulier à approfondir :
Intolérances ou allergies alimentaires;
Déficiences enzymatiques;
Déséquilibre hormonal;
Carences en minéraux;
Présence de métaux lourds.

QU'EST-CE QUE LA NATUROPATHIE?

Pour mieux comprendre ce qu’est aujourd’hui la naturopathie, il peut être utile de se rappeler ses origines qui remontent à 2 500 ans et son évolution plus récente qui remonte à une centaine d’années.

SES ORIGINES

Par sa nature et ses fondements, la naturopathie se rattache résolument à la tradition médicale de la Grèce antique. Les principes qui président de nos jours à la pratique naturopathique, doivent beaucoup au « Corpus hippocratique », qui a constitué la base de la médecine occidentale, du Ve siècle avant Jésus-Christ jusqu’au début du XXe siècle. En voici les grandes lignes :

Primum non nocere – D’abord ne pas nuire.

Les symptômes ou malaises peuvent être des manifestations d’un processus de guérison. Par conséquent, leur suppression pure et simple peut causer plus de tort que de bien. Les interventions thérapeutiques doivent donc favoriser le processus naturel de guérison et non le contrer.

Vis medicatix naturae – La nature recèle son propre pouvoir de guérison.

Le corps possède la capacité inhérente de préserver la santé et de la rétablir lorsqu’il l’a perdue. Au coeur de l’organisme vivant se trouvent les forces de vie permettant d’y parvenir. Le rôle du naturopathe consiste à faciliter l’accès à ces forces en découvrant et en éliminant les obstacles qui s’y opposent.

Tolle causam – Découvrir et traiter la cause.

Le naturopathe doit rechercher les causes plutôt que de tenter d’en supprimer les symptômes. Les malaises et dérèglements sont vus comme l’aboutissement ultime d’un dérèglement particulier. Le rétablissement de l’équilibre naturel ne peut se faire qu’en travaillant sur les causes à l’origine de ce dérèglement.

Docere – Enseigner.

Le naturopathe doit guider son patient sur la voie de l’équilibre et l’aider à préserver sa santé de façon naturelle. Il doit donc lui enseigner à prendre soin de lui-même et à prendre en charge son propre processus de vitalité, selon les principes suivants :

L’approche holistique. Le naturopathe explique au patient que son déséquilibre est le fruit d’un ensemble complexe d’interactions entre les plans physique, mental, émotionnel et spirituel, et qu’il devrait intervenir sur chacun d’eux.

L’alimentation. Il lui enseigne comment se nourrir de façon à obtenir tous les nutriments nécessaires à sa santé.

La prévention. Il lui enseigne enfin, comment agir sur son environnement et son mode de vie, afin de maximiser ses forces et son bien-être et, au bout du compte, réduire ainsi les risques de maladies.